La chasse aux MUDAS (*) est ouverte

3 Oct 2022 | APPLICATIONS MÉTIER

Nous gaspillons 35% de notre temps dans des activités sans valeur ajoutée perçue et dans le contexte actuel (**) , s’attaquer à ce problème devrait être la priorité de tous les dirigeants.

Nous avons utilisé la plateforme SYNAPSCORE pour interroger sur leur quotidien plus de 200.000 personnes dans une centaine d’entreprises.

Le constat est sans appel : en moyenne, nous avons le sentiment de consacrer 35% de notre temps à des activités dont nous ne voyons pas vraiment la valeur ajoutée.

L’analyse statistique montre que ce chiffre ne dépend pas du secteur, du pays, du métier, du niveau de responsabilité, de l’âge ou du genre.

Nous avons étudié ces activités sans réelle valeur ajoutée : réunions, déplacements, reporting, contrôle, non qualités, …

Nous avons également étudié les causes directes et indirectes des perts de temps : problèmes d’outils, de processus, de rôles et responsabilités, de priorités, de vision, …

Nous avons collecté et analysé des milliers de fiches d’opportunités pour voir comment réduire et éliminer rapidement, efficacement et durablement ces activités chronophages.

Nous avons notamment identifié que le gaspillage de temps était en moyenne inférieur de 10% dans les entreprises qui avaient mis en place un système de management transparent pour piloter leurs objectifs, leurs projets et leurs indicateurs.

Personne n’aime perdre son temps.

S’attaquer au gaspillage de temps est une démarche de transformation qui fait l’unanimité et permet d’améliorer la satisfaction des clients, l’engagement des collaborateurs, l’implication des fournisseurs.

S’attaquer au gaspillage de temps est la façon la plus simple, la plus rapide et la plus efficace d’accélérer la croissance et d’optimiser la performance d’une entreprise.

Mais il y a mieux …

Nous avons trouvé une corrélation statistiquement significative entre la perception du gaspillage de temps et la perception des autres types de gaspillage : gaspillages d’argent, d’énergie, de matière et d’information.

S’attaquer au gaspillage de temps peut donc également permettre de réduire l’empreinte environnementale de nos activités.

(*) MUDA est le mot japonais qui désigne le gaspillage

(**) Plus d’information sur le contexte : https://lnkd.in/e-J-WYNV

0 commentaires

Categories

Nos derniers articles